© Joël Bellec

Le projet

Lieu d’échange et de ressources, Itinéraires Bis œuvre pour la création, la diffusion et la démocratisation culturelle et artistique dans le domaine des arts visuels et du spectacle vivant. L’association participe, au côté du Conseil général des Côtes d’Armor et en partenariat avec de nombreux acteurs, à l’aménagement culturel du territoire costarmoricain. Pourquoi « Itinéraires Bis » ? Pour souligner notre volonté d’irriguer l’ensemble du territoire costarmoricain de propositions culturelles et artistiques et provoquer des rencontres de proximité avec les habitants. Réseau secondaire par excellence, l’itinéraire bis est une voie alternative, favorisant des parcours au long cours de la plus petite commune à la ville centre.

Itinéraires Bis est une structure atypique, un «laboratoire artistique et humain» tant à l’échelon régional qu’à l’échelon national. Outil du passé ou précurseur de ce que seront les outils culturels de proximité de demain ? Dans un contexte budgétaire chaque jour plus contraint, et un paysage institutionnel amené à se recomposer, la réponse est bien entendu économique, mais on ne saurait se contenter d’une seule approche comptable car c’est bien la question de l’ambition attribuée à la structure qui se pose et du rôle désormais dévolu à la culture. D’autant plus que la part consacrée à cette « culture d’émancipation » tend à s’amenuiser dans les Côtes d’Armor comme ailleurs, y compris dans les espaces culturels eux-mêmes.

Plus que jamais, dans ce contexte, la structure doit affirmer son identité, dégager les singularités des métiers qui la traversent et des compétences présentes en son sein, affirmer la valeur ajoutée de ses interventions.

La matière artistique est au centre de toute l’activité d’Itinéraires Bis, elle est constitutive de l’ « adn » des salariés de l’association et de leur directeur. Elle en fait sa principale singularité, lui confère sa légitimité et constitue le point de départ essentiel pour développer des projets sur les champs de l’éducation, de la jeunesse ou encore du social. C’est également à partir de cette singularité que l’association construit, en complémentarité avec d’autres acteurs culturels, des actions en décentralisation, géographique ou « sociale ». Cette matière artistique demeure essentielle au cœur de chaque projet culturel, y compris à l’échelle de nos territoires, c’est elle qui lui confère sens et humanité.

C’est à partir de ce cœur de métier, la matière artistique, que l’association est en mesure de décliner les priorités départementales que sont les actions menées en direction de la jeunesse et du monde rural.

N’oublions pas que l’association est également un acteur économique non négligeable du département et qu’elle est un des principaux pourvoyeurs d’emplois du secteur culturel, plus de 250 contrats de travail par an.

Enfin, il est aujourd’hui plus que jamais nécessaire de s’interroger sur les croisements possibles entre les secteurs culture, tourisme, patrimoine, jeunesse et sport. Autrement dit, s’unir pour survivre !

Le projet d’Itinéraires Bis s’inscrit à n’en pas douter dans un contexte budgétaire et humain contraint, moins d’argent, mais également moins d’hommes pour mettre en oeuvre les projets. Il faut choisir, s’en tenir, au-delà des chiffres, au sens des actions mises en œuvre et tenter malgré le contexte de rester ambitieux, de ne pas renoncer à nos convictions et de continuer à développer des projets exigeants et surtout humains, au profit des habitants de nos territoires. Pour les années à venir, Itinéraires Bis fait le choix de décliner une thématique qui lui est chère : «Du rêve à l’audace», un message essentiel, concret, à faire passer, notamment aux plus jeunes, a fortiori en période de crise !

» télécharger le projet d'Itinéraires Bis (avril 2015)